Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 07:36

 

 

 L’eau des villes et l’eau des champs

en Bourgogne

 

 

Comparaison du prix du m en fonction de la consommation

( avec assainissement ) 

 

 

A la campagne où l’eau coule en abondance, cet accès à l’eau potable peut devenir inaccessible : à Créancey les parts fixes s'élèvent à 213 €. Aucune ville de France n’admettrait de tels montants de parts fixes ! Soulignons que ce montant est loin d’être négligeable en ville.

 

Prenons par exemple, la ville de Beaune. Avec un montant d’abonnement limité à 44 €, on constate que pour une consommation de 30 m3, le m3 est facturé à 4,56 €  alors qu’un hôtelier le payera 3,10 €. L’injustice est moins importante donc moins choquante ( une surfacturation seulement de 50%  pour le moins pollueur - par rapport au plus pollueur ! ).

 

Mâcon, chef lieu du département de Saône et Loire, a un prix de l'eau un peu trop élevé, comparé aux villes bourguignonnes. Une dizaine d'élus, ce n'est pas la majorité mais c'est déjà bien,  proposent un retour à une vrai gestion publique pour " un prix de l'eau unique, pour tous les usagers d'un même territoire - communes avoisinantes " ( le magazine de la ville de février 2009 ). Pour cette ville, les parts fixes sont élevées ( 64 € ) et donc très pénalisantes pour les faibles consommations.

 

Dijon, avec un montant de parts fixes d'une douzaine d'euros est sur la bonne voie depuis longtemps, mais fait moins bien que Longvic ( 9500 habitants ) qui a totalement supprimé les parts fixes.


 

L’eau est plus chère pour les villages qui sont obligés de sous-traiter la gestion de l’eau. La longueur importante des réseaux et le faible nombre d’habitants d’un village sont des justifications de prix élevés ; vrai dans une certaine mesure, sauf pour les activités  professionnelles !

 

Bien que le nombre de communes soit ici volontairement limité pour plus de lisibilité, le graphique ci-dessous justifie l'existence des parts fixes par un prix de vente local quasi-unique aux professionnels, à la ville comme à la campagne. Et nos élus voudraient nous faire croire que ce n'est qu'une malencontreuse conséquence, indépendante de leur volonté.

 

Jusqu'à preuve du contraire, le maintien de parts fixes sert à niveler le prix de vente aux professionnels gros consommateurs ( prix de vente toujours en dessous du coût de production ).

 

 

 

Sources du graphique ci-dessus : IGEPAC - UFC21.

 

Question d'IGEPAC :

Pourquoi le consommateur d’eau potable doit-il  soutenir le marché économique local et national ( agriculture ) ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans Le prix de l'eau
commenter cet article

commentaires

Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens