Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 07:44

 

o-a-sis.PNG

 

On assiste depuis quelques semaines à une immense opération de bitumage qui s'apparente à une large opération de toilettage visant à atténuer la colère des automobilistes et des commerçants du chef lieu, mais cette opération ne prend, malheureusement pas, en charge les véritables problèmes qui touchent directement à la santé publique et à l'hygiène de la population.

 

C'est vraiment regrettable de constater que, 50 ans après l'indépendance, des habitants résidant en plein chef lieu d'une daïra, ne disposent pas d'assainissement. Plus d'une centaine de fosses septiques polluées, polluantes et dégageant des odeurs pestilentielles sont répertoriées par la collectivité depuis des années. Les deux cours d'eau situés en plein chef lieu sont infestés d'eaux noirâtres et visqueuses se mélangeant aux détritus ménagers. Les odeurs pestilentielles empoisonnent les riverains.

 

Le caniveau qui longe le trottoir au niveau de l'avenue colonel Mohand Oulhadj, laisse entrevoir des flots d'eaux usées. Les habitants des quartiers de Takoucht Ath Aakra et ceux du CEM Hamadi, ne savent plus à quels saints se vouer. Les eaux usées, en plus des ordures ménagères, vont continuer à proliférer entre les habitations.

 

Les mouches et les moustiques empestent l'environnement et les rats ont trouvé un milieu favorable à leur prolifération. Au moins deux enfants atteints, l'été dernier, d'une mystérieuse fièvre ont dû se faire examiner par des médecins de la polyclinique. Ils portaient sur leurs jambes des traces de piqûres de moustiques et des plaques rougeâtres.

 

Les parents devaient, depuis ce jour-là, fermer les vitres, en plein été, et utiliser de puissants insecticides. Toutes les audiences accordées par le chef de daïra aux habitants des quartiers n'ont servi à rien. Pire encore, un groupe d'habitants qui s'est rapproché, de la direction de l'urbanisme de la wilaya (DUCH), a été surpris d'apprendre que, sur papier, leur quartier est bel et bien assaini.

 

Cette semaine, alors que les habitants attendaient le réseau d'assainissement, ils ont été surpris de voir leur route couverte d'un beau tapis de bitume. Ils se sont résignés et devront désormais attendre, l'année 2014 ou jamais, pour avoir l'assainissement.

 

De BOUZEGUÈNE Kamel K.

D'un mail reçu, vu dans un journal algérois

 

_________________________________

 

En France, nous avons la chance d'avoir des cours d'eau qui évacuent les rejets et nous dispensent des mauvaises odeurs. Que font l'Etat et les collectivités locales pour remédier aux rejets directs encore trop nombreux ? - Des lois, pour dire à 20 % de la population : démerdez-vous et payez !

 

En France, nous avons la chance d'être TOUS très riches et principalement en milieu rural, d'après nos parlementaires. Ce sont les particuliers des ANC, possédant un assainissement individuel ou n'ayant pas d'assainissement, ces 20 % de la population, qui ont la charge financière complète de l'assainissement. Les autres ( 80 % de la poulation, principalement des citadins ) sont subventionnés de 60 à 100 % pour les travaux neufs ou de réhabilitation !

 

En France, nous avons la chance de vivre avec un régime républicain, il existe des oasis mais le désert n'est jamais loin.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans Société
commenter cet article

commentaires

stan 24/11/2011 08:52

Excellent , merci Pierre !!

Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens