Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 06:56

 

Turbide signifie agité, troublé. La turbidité est la mesure de l’aspect plus ou moins trouble de l’eau qui n’est pas obligatoirement visible à l’œil nu ; c’est l’opposé de la limpidité.

 

« Elle est causée par diverses matières particulaires ou colloïdales composées de limon, d’argile, de composés organiques ou inorganiques ainsi que du plancton et d’autres micro-organismes. Les sources de matières particulaires peuvent être d’origine naturelle ( acides humiques, particules provenant de la dégradation des végétaux ou de l’érosion du sol ) ou anthropique ( rejets industriels, agricoles et urbains) (US EPA, 1999 ). Dans le réseau de distribution, après le traitement de l’eau, la turbidité peut s’accroître par la post-floculation de coagulants résiduaires dissous, la recroissance de micro-organismes, la remise en suspension de la matière déposée dans les canalisations ainsi que par la corrosion de la tuyauterie.

 

Techniquement, la turbidité correspond à la propriété optique de l’eau permettant à une lumière incidente d’être déviée (diffraction) ou absorbée par des particules plutôt que transmise en ligne droite. »

Source et compléments en pdf :

http://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/198-CartableEau/Turbidite.pdf /

  

Dans les usines de traitements de l’eau, la turbidité est régulée par ajout de sels d’aluminium ou de fer. Pour les alimentations directes, du captage au robinet, la turbidité varie suivant la saison et il est normal que par temps de pluie la turbidité de l’eau du robinet soit en augmentation.

 

Si dans les petites collectivités, une forte turbidité ne justifie pas de précaution particulière, dans des structures plus importantes elle devient gênante et demande une intervention auprès de la population : un exemple dans la Vienne, la veille de Noël, un article de la Nouvelle République,

 

« Des packs distribués dans les communes privées d'eau

 

Le Siveer, le syndicat départemental de l’eau de la Vienne, a distribué hier matin 36.000 bouteilles dans les onze communes privées d'eau potable. Civaux et Mazerolles sont maintenant aussi concernées.

 

A Béruges, on s'est relayé toute la matinée dans la mairie pour venir chercher son pack. Grand Poitiers recommande à ses abonnés habitant la commune de ne pas consommer l'eau du robinet. ...

 

Elle sera à nouveau potable quand, l'eau ? On s'interrogeait hier matin à la mairie de Béruges comme dans les dix autres communes privées d'eau potable depuis jeudi. Chacun est venu y chercher son pack. Trente-six mille bouteilles ont ainsi été distribuées par le Siveer aux 6.000 foyers concernés.

 

Jeudi, le syndicat avait demandé à ce qu'on ne consomme plus d'eau du robinet, par mesure de précaution, ou de la faire bouillir 3 minutes. Cette eau peut toutefois être utilisée pour tout usage sanitaire (toilette, WC, lavage).

 

En raison des fortes pluies, la turbidité avait augmenté, comme cela arrive une fois par an, ce qui trouble l'eau et peut entraîner des risques microbiens ou liés aux nitrates. Le syndicat d'eau de Lussac donne maintenant la même consigne pour les communes de Civaux et Mazerolles où le problème est le même.

 

Incompréhension à Valdivienne

 

Des opérations correctives ont été entreprises par le syndicat des eaux de la Vienne pour un retour rapide à la normale, notamment via des purges du réseau et un renforcement de la chloration de l'eau distribuée. Hier, les analyses du Siveer étaient plutôt rassurantes. « La turbidité continue de baisser. Nous aurons un retour à la normale dans quelques jours », annonçait Marcus Agbekodo, directeur général du Siveer. On devrait de nouveau pouvoir tourner le robinet pour se servir un verre en début de semaine.

 

Cette turbidité était cela dit encore assez importante au niveau de la source de Monas, qui alimente Valdivienne. Dans un premier temps la mairie a mis à la disposition des habitants des bouteilles d'eau issues de son propre stock en attendant une livraison plus engagée des services du Siveer qui s'est faite ici aussi en fin de matinée. Cependant cette situation provoque à la mairie un sentiment d'incompréhension. Roland Laurendeau, le maire, lâche : « Nous avons sur Valdivienne une ressource en eau potable importante avec deux forages aux lieux-dits « Les petites rivières » et « La Chevrolière ». Ces deux ressources permettent de produire une eau de qualité avec une teneur en nitrate tout à fait acceptable. Nous ne comprenons pas pourquoi les raccordements de ces points d'eau avec les châteaux d'eau très proches ne se font pas. Et pourquoi on continue à chercher l'eau au lieu-dit « Monas » situé à plus de 8 kilomètres. »

 

« Nous aurons la solution dans les années qui viennent avec le syndicat départemental, répond le directeur général du Siveer. Nous renforcerons les interconnections. Nous irons chercher l'eau de bonne qualité et créerons un réseau de façon à pouvoir tourner les vannes et partager l'eau en cas de besoin. »

 

Renseignements en mairie, dans les agences du Siveer et sur le site http://www.siveer.fr/ /

 

La phrase

 

« Il ne faut pas trop grossir le problème, ce sont quatre petits syndicats des eaux qui font de la résistance »

 

Le Préfet Yves Dassonville revient sur la commission qui a conduit à la fusion de certaines communautés de communes et au rattachement de communes isolées. Seule la question des syndicats des eaux rassemblés en une seule unité départementale a fait un flop. « Il y a 250 maires dans la Vienne et seule une trentaine n'est pas satisfaite... Nous allons donc commencer par ce qui a fait consensus en matière d'intercommunalité, et nous allons continuer à discuter sur ces questions de syndicat d'eau mais il faut être raisonnable et reconnaître que nous avons la chance d'avoir un syndicat départemental, le Siveer, animé par des élus. Il permet de mutualiser les coûts et d'encaisser de futures contraintes sur l'eau. »

 

Source :

http://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/ACTUALITE/Environnement/Des-packs-distribues-dans-les-communes-privees-d-eau /

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans POLLUTION & SANTE
commenter cet article

commentaires

Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens