Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 00:01

gestel.PNG

 

 Un seul robinet pour 19 communes 

11 décembre 2010 – par Yves Madec 

 

Débat en eaux troubles hier soir, à Gestel, entre élus communautaires. Après plus de trois heures de prises de paroles, la sentence est tombée: Cap l'Orient gérera à partir de 2012 l'eau et l'assainissement des 19 communes.

 

«Un débat majeur et sensible pour nos concitoyens», avait prévenu Norbet Métairie avant de se jeter à l'eau sur un sujet qu'il a qualifié de priorité de son mandat: l'instauration d'un grand service de l'eau communautaire, qui gérerait l'alimentation en eau potable, la ressource, la qualité et le prix de l'eau des 191.000habitants de l'agglomération. Le président savait que sa proposition soulèverait nombre de réactions. Notamment parce que de multiples acteurs sont chargés de la distribution de l'eau et de son traitement sur les communes. Les uns gèrent leur propre ressource, les autres sont desservies par des syndicats des eaux. Sans parler de quelques maires qui voient là une ingérence dans leur politique d'urbanisme.

 

«Dans la précipitation» «Dépouillés»

 

Les réactions négatives n'ont pas manqué. Pour l'un des dossiers les plus techniques jamais votés par Cap l'Orient, fait rare, la quasi-totalité des maires s'est exprimée. Et sept ont signifié leur désaccord. Premier à s'exprimer, Loïc LeMeur, maire de Ploemeur, pour qui le sujet est traité «dans la précipitation avec une seule hypothèse étudiée». L'élu, qui aurait souhaité la constitution d'une société publique locale détenue par les communes, dénonce «un transfert de pouvoir et non pas l'élaboration d'une politique de l'eau.Maîtriser l'évolution des factures d'eau et d'assainissement, qui est capable aujourd'hui de l'affirmer ?

 

Pour moderniser les réseaux d'assainissement, il en coûterait 10M€ rien qu'à Ploemeur. Imaginez à l'échelle de l'agglomération. Annoncer aujourd'hui une baisse du prix de l'eau assainie tient de la gageure». Ce, en référence aux propos de Norbert Métairie qui assurait que 17 communes verraient leurs tarifs d'eau baisser et que deux supporteraient un «ajustement à la hausse limitée». Avec un tarif unique pour 2020. Assis deux sièges plus loin, Pierrick Nevannen ne comprend pas. «Quelles sont les motivations? interroge le maire de Pont-Scorff. Cela veut dire que le syndicat du Scorff ne fait rien? Il n'a pas eu besoin d'attendre que Cap l'Orient le dise pour le faire. Et je cherche l'amélioration de la proximité quand on passe de communale à intercommunale.

 

On ne peut plus accepter d'être ainsi dépouillés et attendre une décision de Cap l'Orient pour décider d'un acte d'urbanisme. Car c'est vers là qu'on se dirige». Même son de cloche à Languidic. Maurice Olliero savait pourtant sa cause perdue d'avance. «Ce transfert, que j'assimile à un transfert du droit du sol, sera voté, mais je ne peux l'accepter sans résistance. Je ne veux pas transmettre une mairie qui n'enregistrera plus que les naissances et les décès. On se précipite sans mesurer les conséquences. Le prix unique de l'eau existe déjà avec le syndicat départemental de l'eau».

 

41 voix pour, 29 contre

 

Moins tranchée, Thérèse Thiery, maire de Lanester, a préféré s'abstenir. Appelant, comme d'autres édiles, à un temps de réflexion - «nous avons les données depuis peu» -, à un débat public et à une étude plus poussée concernant le transfert de l'assainissement. «Je ne peux pas accepter que les Lanestériens paient pour des territoires qui ont moins investi dans leurs réseaux. Où serait l'équité sociale? Il faudrait un tarif social progressif».

 

Peur sur l'urbanisme, pertes financières... Norbert Métairie a peu goûté certains commentaires. «Il ne faut pas grossir le trait, l'objectif est que chacune ne perde pas. Et il n'est pas question de vous enlever l'autonomie. Jusqu'à preuve du contraire, l'urbanisme n'est pas une compétence intercommunale», a-t-il lâché avant de procéder au vote. 41élus pour, 29 contre et 6 abstentions. Hier, à Gestel, l'eau a changé d'ère.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans Politiques de l'eau
commenter cet article

commentaires

Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens