Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 00:27

 

redevances-zones-seine-normandie

 

Révolution au comité de bassin Seine-Normandie

 

« Le 28 septembre dernier, l’élection d’Anne Le Strat à la présidence du comité de bassin de l’agence de l’eau Seine-Normandie pour 3 ans a sonné comme une véritable petite révolution dans le monde de l’eau.

 

En ravissant la place occupée depuis 2005 par André Santini, maire (Nouveau centre) d’Issy Les Moulineaux, la présidente d’Eau de Paris, a fait trembler l’institution. Cela s’est d’ailleurs joué à peu (73 voix contre 69) pour l’adjointe au maire de Paris (apparentée PS) en charge de l’eau, de l’assainissement et de la gestion des canaux qui a rassemblé les voix des collectivités majoritairement de gauche, des associations environnementales, de certains agriculteurs et de pêcheurs. Anne Le Strat n’a pas hésité à parler de la victoire « du camp mobilisé sur les questions environnementales ».

 

André Santini, également président du Sedif, disposait sans surprise du soutien des grands groupes de l’eau, Suez Environnement, Veolia qui s’est vu attribué en 2010 le renouvellement de la délégation de service public du Sedif, de la majorité des agriculteurs et de la FNSEA.

 

Un poste stratégique

 

A la tête du comité de bassin Seine-Normandie, Anne Le Strat acquiert un poste clé. L’agence de l’eau Seine-Normandie pèse de loin le plus lourd parmi les six agences, avec un territoire de 16 millions d’habitants et un budget de 900 millions d’euros. Dans les motivations qui l’ont conduite à se présenter, l’élue parisienne a notamment exprimer son désir de faire du comité de bassin un véritable parlement de l’eau et de réussir à concilier deux problématiques jusqu’à maintenant opposées : la préservation des ressources en eau et la politique agricole. L’entrée en scène de la présidente d’Eau de Paris qui a piloté avec succès la remunicipalisation de l’eau sur la capitale représente déjà un véritable symbole de changement. »

Source : http://www.environnement-online.com

Pour en savoir plus : http://www.paris.fr

 

Deux premières questions d’igepac à Madame START,

pour de simples équités républicaines

 

- Comptez-vous taxer l’agriculture et l’industrie en proportion de leurs pollutions ? 80 % des taxes sur la pollution proviennent des particuliers dont la pollution est estimée, au pire, à 20 % !!! Ce seraient plus de trois milliards d’euros de recettes !!!

 

- Et ainsi, comptez-vous subventionner l’assainissement non collectif ( neuf et réhabilitation ), dans les mêmes proportions que l’assainissement collectif ( 60 à 80 % ) ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans Politiques de l'eau
commenter cet article

commentaires

stephane le baron 10/10/2011 18:10


taxer les industriels et les agriculteurs c'est bien joli, mais faut-il encore qu'ils payent leurs redevances. plus de 100 millions d'euros d'impayé à l'agence de l'eau sans que monsieur Santini
s'en émeuve.


stan 10/10/2011 06:08


deux bonnes questions ....attendons les réponses


Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens