Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 00:26

 

Toujours à propos du droit d'accès à l'eau, une députée s'inquiète.

 

" ... grâce ... " car nul responsable n'est sensé ignorer les conséquences financières de ce mode de facturation.

  

Allons voir chez un pauvre comment fonctionne ce détournement de fonds sociaux ( détournement indirect mais tout aussi efficace ) dont il est le convoyeur bien involontaire.

 

Un pauvre c’est par exemple une maman qui élève seule son enfant, qui travaille et qui habite en ville ou un retraité … , un compatriote faisant partie d’un groupe en voie de développement durable, dans un monde en pleine crise ... morale.

 

fact-eau-redevances-ext.PNG

  

Notre pauvre ne peut pas payer sa facture d’eau qui comprend 5,5 % d’impôts, 0,5 % d’aide à ses copains pauvres et des parts fixes de quelques euros à plus de 200 € pour aider essentiellement les activités professionnelles locales, etc.

 

Le fond de solidarité pour le logement (FSL) ou tout autre organisme d’aides va lui verser une partie du montant de sa facture. Et notre pauvre va pouvoir payer ces 200 € de parts fixes pour avoir accès à l’eau. Et à qui profite ces 200 € provenant des fonds sociaux ?

 

CQFD.

 

Supprimer les parts fixes c’est aider une bonne partie des pauvres, mais par conséquent ne plus aider les professionnels. En grande majorité nos élus ont choisi le maintien de parts fixes !!!

 

Ces quelques lignes sont en introduction de ceci :

« Et si on alimentait régulièrement ces fonds ? »

 

Question écrite N° : 121865 de Mme Marie-Christine Dalloz

publiée au JO le : 15/11/2011 page : 11942

Ministère interrogé > Solidarités et cohésion sociale (secrétariat d'État)

 

Texte de la question

 

Mme Marie-Christine Dalloz appelle l'attention de Mme la secrétaire d'État auprès de la ministre des solidarités et de la cohésion sociale sur l'aide au paiement des factures d'eau pour les plus démunis. Depuis la loi du 7 février 2011, les gestionnaires des services d'eau reversent 0,5 % de leurs recettes aux fonds départementaux de solidarité pour le logement (FSL) qui se chargent de la distribution des aides pour la gestion des impayés. Il n'existe en revanche pas de dispositif préventif. Elle lui demande si des solutions sont envisagées en ce sens comme par exemple la création d'un tarif social de l'eau.

 

____________________

 

Taxer les Pauvres pour mieux les aidez, c'est gratifiant non ? 

   

Source : http://questions.assemblee-nationale.fr/

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans Les PARTS FIXES
commenter cet article

commentaires

Par ici 25/01/2016 17:04

Encore de la manipulation!
Quand est-ce que le citoyen va se réveiller?
- Quand il n'aura rien à manger...

Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens