Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 12:19
L'Express, le 2 décembre 2009, nous rappelle que la distribution de l'eau est avant tout une question d'argent. C'est de toute façon une évidence. Une communauté de plusieurs millions de consommateurs et un certain prestige de la capitale ne laissent pas indifférent le monde de la finance.

<< un très bel article de Valérie LION 
 " Le scénario est déjà écrit : il est 17 heures et une agitation inhabituelle règne, ce vendredi 4 décembre, devant le 16, rue Saint-Benoît, dans le très chic VIe arrondissement de Paris, à deux pas du boulevard Saint-Germain. Pourtant, en cette veille de week-end, la sortie des classes de l'école voisine est achevée depuis longtemps. "


__________________________


Il est surprenant qu'aucun média ne pose de vraies questions. Les conséquences des actes politiques ne sont jamais analysées  ( sinon rarement, ou superficiellement ).

Une entreprise privée peut-elle acceptée de perdre de l'argent, de diminuer son chiffre d'affaires ? Non, bien sûre.

Que font les fermiers ( Véolie & Cie ) si on les oblige à diminuer un tarif en ville ?
Ils augmentent considérablement le tarif à la campagne prétextant maintes incohérences que personne d'ailleurs ne conteste.

Combien de centaines de millions d'euros sont-ils ainsi facturés abusivement et qui s'en préoccupe ? Nos élus décideurs habitent la ville et comme a souligné un sénateur ( de gauche : ? ) : " Pour trente euros par mois vous avez l'eau courante à la maison, alors de quoi vous plaignez-vous ? ". Prendre indûment quelques euros à quelques millions d'abonnés, aboutit finalement à la politique que nous constatons.

La SAUR par exemple, qui sévit surtout à la campagne et qui accumule des fortunes peut se permettre une entrée sur Paris à perte, ou sans bénéfice. Pour les premières années seulement, ensuite ... ça augmentera naturellement.

Une deuxième conséquence qui n'est pas négligeable : un seul syndicat des Eaux pour 144 communes et 4 millions d'habitants, n'est-ce pas une trop grosse structure, incontrôlable par les élus ? Nous retrouvons ce problème à  la campagne où se généralisent les interconnexions qui aboutissent à la privatisation du service public et ceci dans la totale indifférence des citoyens ( médias en premiers ).

La seule et unique possibilité de sortir définitivement de ces problèmes financiers est de créer un grand et unique service public : une réelle utopie en ce début du XXI ième siècle.

_____________________

 

VOIR ou revoir dans cet esprit, cette émission de 1997 qui vous fera comprendre comment fonctionne la gestion de l'eau dans la France à Fric, qui a encore de beaux jours pour prospérer dans la totale indifférence des citoyens.


Le témoignage de la gestion de notre eau


___________________






<< lire également cet article d'igepac, pour connaître la qualité de l'eau de Paris





__________________


L'Express nous informe sur la suite de la saga à Fric à Paris


- 10 décembre 2009 : ouverture des plis et début de l'analyse des offres par une commission ad hoc.

- Mi-janvier 2010: annonce des entreprises retenues pour engager une négociation.

- Février-mars 2010: négociation puis choix du délégataire par le bureau du Sedif.

- Avril 2010: mise au point définitive du contrat avec l'entreprise retenue.

- Mai 2010: délibération et vote du comité syndical sur l'offre retenue par le bureau du Sedif.



_____________________



Bonus : l'eau de Paris

son prix, par igepac




 et sa gestion, par Marc Laimé








Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans Politiques de l'eau
commenter cet article

commentaires

Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens