Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 00:21

 

Question écrite N° : 126142 de M. Pierre Morel-A-L'Huissier

Ministère interrogé > Écologie, développement durable,

 

Question publiée au JO le : 17/01/2012 page : 384

Réponse publiée au JO le : 17/04/2012 page : 3059

 

  

Texte de la question

 

M. Pierre Morel-A-L'Huissier attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement sur l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (ONEMA). Il lui demande de bien vouloir lui faire part des actions et des travaux menés par cet organisme.

 

Texte de la réponse

 

Créé par la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques, l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA) a pour mission de mener et de soutenir au niveau national des actions destinées à favoriser une gestion globale, durable et équilibrée de la ressource en eau, des écosystèmes aquatiques, de la pêche et du patrimoine piscicole.

 

En matière de recherche et développement, l’ONEMA participe à l’orientation des priorités dans le domaine de l’eau, aux niveaux national et européen. Dans le cadre d’une programmation concertée, il contractualise avec les organismes de recherche des projets orientés vers les besoins de soutien scientifique à la mise en oeuvre des politiques de l’eau. Il diffuse aux acteurs les méthodes et les techniques issues de la recherche et développe des programmes de formation ouverts aux professionnels publics et privés du secteur de l’eau et des milieux aquatiques.

 

Au niveau national, l’ONEMA contribue à l’élaboration des stratégies de gestion des milieux aquatiques et à la mise en oeuvre de plans d’action nationaux (micropolluants, médicaments, changement climatique, poissons migrateurs, etc.). Ses services territoriaux contribuent à une meilleure prise en compte des enjeux écologiques dans les documents de planification et de programmation des politiques de l’eau.

 

L’ONEMA assure la coordination technique du système d’information sur l’eau selon les orientations du schéma national des données sur l’eau approuvé par arrêté interministériel du 26 juillet 2010. Ce schéma organise la production, la collecte, le stockage, la valorisation et la diffusion des données. Ses services territoriaux sont producteurs de certaines données, notamment dans le cadre des réseaux de surveillance liés à la directive cadre sur l’eau (hydromorphologie des cours d’eau, suivi de leur température, observation des débits d’étiage, obstacles à l’écoulement, poissons et espèces patrimoniales ou allogènes).

 

En matière de police, l’ONEMA assure le contrôle du respect des réglementations nationale et communautaire des usages de l’eau et des milieux aquatiques, dans le cadre de plans de contrôle élaborés dans chaque département sous l’autorité du préfet. Ses services territoriaux mènent des actions de prévention auprès des maîtres d’ouvrage et des gestionnaires et donnent des avis techniques aux services de l’Etat. Enfin, l’ONEMA garantit une solidarité financière entre les bassins, notamment vis-à-vis des départements et collectivités d’outre-mer, ainsi que de la Nouvelle-Calédonie. Il contribue au financement des infrastructures d’assainissement (stations d’épuration et réseaux de collecte) dans les départements d’outre-mer, adapte les méthodes et les outils des politiques de l’eau à leurs spécificités et soutient financièrement la production de certaines données de surveillance de l’état des eaux.

 

Par ailleurs, dans le cadre du plan exceptionnel d’investissement pour la Corse, l’ONEMA apporte un complément de financement aux opérations d’assainissement éligibles au programme d’intervention de l’agence de l’eau Rhône-Méditerranée et Corse.

 

----------------------------------- 

 

Question écrite N° : 128627 de M. Jacques Bascou

 Ministère interrogé > Écologie, développement durable,

 

Question publiée au JO le : 21/02/2012 page : 1467

Réponse publiée au JO le : 17/04/2012 page : 3072

 

  

Texte de la question

 

M. Jacques Bascou attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement sur la mise en oeuvre du plan pluriannuel Ecophyto 2018 suite au prélèvement budgétaire effectué sur l'Office national de l'eau et des milieux aquatiques (ONEMA). Créé le 25 mars 2007, l'ONEMA s'est substitué au Conseil supérieur de la pêche et est financé par des contributions des agences de l'eau.

 

L'ONEMA assure un appui technique à plusieurs plans d'action nationaux, notamment le plan Ecophyto 2018. Ce plan vise à améliorer la qualité des eaux par la réduction de l'usage des pesticides dans l'agriculture et à la maîtrise des risques y afférents. Il est en grande partie financé par les redevances pour pollutions diffuses annuellement encaissées par les agences de l'eau et reversées à l'ONEMA. Ce plan semble particulièrement nécessaire alors que la qualité des rivières et fleuves reste très affectée par la pollution aux pesticides. L'agence de l'eau Rhône-Méditerranée et Corse a ainsi publié, jeudi 8 décembre 2011, son rapport 2010 sur l'état des eaux de son ressort. Seulement 51 % des cours d'eau y affichent un bon état écologique, loin encore de l'objectif des 66 % fixés par le Grenelle de l'environnement à l'horizon 2015.

 

La pollution de près de la moitié des cours d'eau est surtout liée à la présence de micro-polluants, en particulier de pesticides. Malgré de gros progrès réalisés dans le traitement des eaux usées, le « biologique » ne suit pas, du fait des pesticides. C'est dans ce contexte que le Gouvernement a choisi d'effectuer par un amendement au PLF 2012 un prélèvement de 55 millions d'euros sur le budget de l'ONEMA en siphonnant le fonds de roulement jugé excédentaire concernant les contributions au plan pluriannuel Ecophyto 2018. Il lui demande si ce prélèvement sur les redevances pour pollutions diffuses au détriment des agences de l'eau et de leurs capacités d'investissement, mais aussi de leurs usagers qui les financent, ne risque pas de nuire à la réalisation des objectifs fixés par le Grenelle de l'environnement pour l'amélioration de la qualité des eaux à l'horizon 2015.

 

Texte de la réponse

 

Dans le cadre du plan Ecophyto 2018, l’office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA) finance des actions collectives et génériques présentant un intérêt national de réduction de l’usage des pesticides sur la part des redevances pour pollutions diffuses que lui reversent les agences de l’eau. Les agences de l’eau interviennent quant à elles au niveau local et selon leur programme pluriannuel d’interventions, au travers d’aides individualisées et notamment d’aides directes aux exploitations agricoles. Afin de contribuer à la réduction des déficits publics, le parlement a adopté, par la loi n° 2011-1977 du 28 décembre 2011 de finances pour 2012, une mesure proposée par le Gouvernement visant à effectuer un prélèvement exceptionnel de 55 millions d’euros sur le budget de l’ONEMA.

 

Ce prélèvement est réalisé sur l’excédent de trésorerie du compte « Ecophyto », compte distinct et spécifiquement utilisé pour le financement du plan Ecophyto 2018. L’excédent est essentiellement lié à des recettes de redevances pour pollutions diffuses supérieures aux prévisions initiales, mais aussi aux délais de montage des opérations du plan. De ce fait, le prélèvement prévu est sans impact sur le budget général de l’ONEMA ni par conséquent sur les contributions versées par les agences de l’eau à l’ONEMA pour le financement des actions de contrôle et de connaissance ou pour la solidarité financière entre les bassins. Les moyens financiers des agences de l’eau ne sont donc pas concernés par cette contribution exceptionnelle pour la maîtrise du déficit budgétaire.

 

Les plafonds de redevances, adoptés en loi de finances initiale pour 2012 pour les années 2013 à 2018, témoignent par ailleurs de la volonté du Gouvernement et du Parlement de donner aux agences de l’eau les moyens nécessaires pour une gestion équilibrée de la ressource en eau, conformément aux engagements de la France en application de la directive cadre sur l’eau. Parmi les orientations prioritaires retenues pour cette période, il est notamment prévu un poids plus important des actions de lutte contre les pollutions diffuses d’origine agricole, avec un doublement des engagements relatifs à ce domaine. La mise en œuvre des actions prévues au titre du plan Ecophyto 2018 est quant à elle sécurisée et sera assurée par la forfaitisation à 41 millions d’euros par an du reversement des recettes des agences de l’eau à l’ONEMA, également adoptée en loi de finances pour 2012.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans Politiques de l'eau
commenter cet article

commentaires

Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens