Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 00:36

stallone

 

D’après un article du Food Rights Networks du 8 mars 2010

http://foodrightsnetwork.org/2010/03/08/is-san-francisco-giving-gardeners-toxic-sludge-compost/


San Francisco, la ville verte des USA. Les habitants sont fiers de trier et de recycler leurs déchets. En ville se côtoient piétons, vélos et automobiles. Mais la municipalité offrait gratuitement  un compost bio-organique " de haute qualité, riche en nutriments " à tous preneurs.

Ce compost provient des boues des stations d’épuration de l’agglomération de San Francisco, eaux usées des ménages mais également des industriels contenant en particulier des produits chimiques et pharmaceutiques toxiques.

« Ces boues contiennent de dangereux déchets » a déclaré Ronnie Cummins, directeur national de l'Association des consommateurs bio, avant qu'il ne verse du compost sur les marches, soigneusement bâchées, de l’hôtel de ville de San Francisco. La manifestation, a-t-il dit, a été le lancement d'une campagne à mener contre l'utilisation de ce compost.

compost-sept-2010-copie-1.PNGVoir la vidéo ( en anglais ) sur CBS5

http://cbs5.com/local/compost.sewage.sludge.2.1853531.html

Le San Francisco Public Utilities Commission, qui gère le traitement des eaux usées de la ville, précise que seulement 1 % de 80.000 tonnes de la ville d'eaux usées sont converti en compost chaque année. San Francisco n'est pas la seule ville de la Californie à faire ce genre  de cadeaux, selon l'Association des consommateurs bio. Los Angeles, San Diego, San Juan Capistrano, Santa Rosa, Fortuna, Carlsbad et Calabasas en font de même.

Ce type de compost est emballé et vendu dans les centres de jardinage de l'ensemble du pays. Des engrais à base de compost de stations d’épuration sont utilisés sur tout le territoire des États-Unis, selon un rapport du US Geological Survey. Une stérilisation est faite pour les engrais destinés à l’alimentation humaine  sinon ils sont utilisés pour les cultures d'aliments pour animaux.

« SanFrancisco qui se veut la plus verte des grandes villes du pays, devrait être la première à mettre fin à cette pratique », a déclaré Ronnie Cummins.

L'Environmental Protection Agency ( EPA ) estime acceptable le contrôle de neuf polluants. « Nous gérons les problèmes de protection de la santé publique et l'environnement, déclare M. Jue, c'est notre mandat et notre mission. C'est ce que nous faisons. Si nous avions pensé que l'une de nos activités va à l'encontre de ce mandat, nous aurions absolument cesser de la faire. »

Mais le problème, pour des associations comme par exemple l'Association des consommateurs biologiques et le Centre pour la sécurité alimentaire, c'est que l'EPAexige des essais que pour neuf des métaux, quand il y a potentiellement des milliers de produits chimiques dans le compost ( igepac a le même argument - la législation américaine ressemble fortement à notre législation française ).

L'EPA doit mieux évaluer si des autres polluants doivent être réglementés, des études supplémentaires sont nécessaires, a déclaré Lauren Fondal, un ingénieur en Environnement du bureau de l'EPA à San Franciscoet de rajouter « Je ne crois pas qu'il y ait eu d'importantes études  de tous ces produits chimiques que nous avons commencé à détecter, dit-elle ».

 

Il n'y a pas de science durable

 

Le compost est-il parfaitement sain ?


En 2008, par exemple, un juge fédéral en Géorgie a statué en faveur des agriculteurs et a poursuivi le ministère américain de l'Agriculture lors que leurs vaches sont tombés malades et sont mortes après avoir manger des céréales cultivées sur des terres sur lesquelles le compost a été appliqué.

« L'EPA ne peut pas garantir au public que les pratiques actuelles d'épandage se fassent en respectant  la santé humaine et l'environnement» déclare le juge Anthony Alaimo, de la US District Court.

L'automne dernier, le Centre pour la sécurité alimentaire, un groupe de surveillance des bureaux à Washington, DC et San Francisco, a tenté de sensibiliser à ce problème et il demanda à San Francisco l’arrêt de la fabrication de son compost.

Selon les règles de l'USDA, ( US Département de l’Agriculture ) aucun compost provenant des boues d'épuration, ou des fermes ne peuvent avoir l’appellation de « biologique ».

Lorsque les membres du Minnesota de l'Association des consommateurs bio ont tenu leur « Restitution des boues toxiques » à l'hôtel de ville, les cinq manifestants ont été accompagné par une douzaine de reporters.

 

La ville n’a fait aucune promesse et considérait son compost comme un projet pilote. Elle a fait six distributions gratuites depuis 2007. « Bien sûr, si le public n'en veut pas, nous allons arrêter » avait dit Jue. Actuellement la ville n'a pas programmé de nouvelles distributions, principe de précaution

_________________________

 

Chez nous, les revendications des associations et de certains maires contre l'épandage sont ignorées par nos " grands Seigneurs " et le pire, la plupart des vieux écolos et de leurs élèves sont pour l'épandage.

Les boues qui étaient relativement saines il y a encore un demi-siècle sont aujourd'hui des concentrations de polluants toxiques, certes chacun à faible dose mais globalement non négligeables, suite aux tonnes de centaines de produits chimiques que nous consommons et qui se retrouvent dans nos déchets. Il faudra quelques années pour qu'une sérieuse prise de conscience de cette pollution se généralise sur notre territoire.

Cette solution d'épandage avantageuse financièrement à court terme va se transformer en une évidente catastrophe écologique à long terme si nous continuons d'accepter que des élus, dont la majorité sont des citoyens ignorants la chimie, soient responsables de la santé des futures générations. 

Le coût financier est toujours prioritaire !!! Et le pire, ce sont ces mêmes élus qui vont contrôler dans un SPANC ( Service Public d'Assainissement Non Collectif ) que leurs concitoyens ne polluent pas !!! Un constat fort répandu.

 

igepac réclame un étiquetage clair et largement visible

  

indiquant la provenance du compost

 

vendu dans le commerce.

 

Voir ou revoir

igepac : http://www.igepac.com/article-compost-terreau-des-stations-d-epuration-attention-danger-51185919.html

l’Etat :

http://www.observatoire-pesticides.gouv.fr/

http://www.stats.environnement.developpement-durable.gouv.fr/index.php?id=1514

http://www.ademe.fr/partenaires/boues/

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans STATION d'épuration
commenter cet article

commentaires

Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens