Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 00:13

   

western-1.JPG 

  ( Merci à André pour ce petit rappel opportun )

 

 

1. Evry* et son agglomération passe en régie

 

( *ville du département de l'Essonne où igepac a été reçu par la Société des eaux de l’Essonne ( Lyonnaise ) lors d'une triste pollution de la Seine en février 2010 )

  

Par décision du 2 avril dernier, la communauté d’agglomération Evry Centre Essonne( CAECE) a voté la création d’une régie publique pour la distribution de l’eau sur ses six communes, opérationnelle au 1er janvier 2013.

 

Cette régie à « seule autonomie financière » rattachée à la direction des services urbains de l’agglomération va nécessiter l’embauche d’un directeur et de 20 salariés pour gérer l’exploitation d’un linéaire de 325 km et la relation aux usagers. Elle est le fruit d’une réflexion entamée dès 2009-2010 par la collectivité qui anticipait déjà la fin de son contrat de distribution avec la Société des eaux de l’Essonne, filiale de Lyonnaise des Eaux, fixée au 31 décembre 2012. « La création de la régie va s’accompagner d’une baisse de 10% sur la part distribution du prix de l’eau, tout en maintenant une qualité constante du service », annonce Edith Maurin, vice-présidente de la CAECE en charge de l’eau et de l’assainissement.

 

L’approvisionnement en eau potable attribué dans le cadre du contrat actuel à l’usine de Morsang-sur-Orge de Lyonnaise des Eaux va également être renégocié d’ici à septembre prochain. Eau de Paris est sur les rangs au même titre que les opérateurs privés ou le Sedif. « Nous retiendrons dans un premier temps le fournisseur le plus avantageux », précise l’élue qui n’exclut pas dans l’avenir un regroupement avec d’autres intercommunalités franciliennes ayant opté pour une gestion publique. C'est le cas de sa voisine, la communauté d’agglomérations des Lacs de l’Essonne qui l'a précédé en 2011. Eau de Paris a d’ailleurs annoncé avoir été contacté par la régie Eau des Lacs d’Essonne, intéressée par un contrat de fourniture en eau potable.

 

  

2. Antibes décroche une baisse record avec Veolia

 

Lorsque la réalité dépasse le rêve : 43,3% d’économie par rapport à son contrat de 132 ans, soit 52 millions d’euros récupérés sur 10 ans, c’est le résultat d’une âpre négociation entre la ville d’Antibes et Veolia Eau, son opérateur historique, sur la future délégation de service public lancée en 2013.

 

« Nous avons clairement fait peser sur les candidats la menace d’un retour en régie », précise Patrick Duverger, responsable à la direction de la logistique et des moyens généraux de la ville. Au final, l’offre de Veolia s’avère même plus avantageuse qu’une gestion directe dont le gain est estimé à 37 %. Et ce sans rogner sur la qualité du service. « Nous ne serions pas descendu en dessous d’un taux de renouvellement des réseaux de 1 %. Veolia s’est engagé sur un taux de 1,12% et sur une enveloppe de travaux de 2 millions d’euros par an au lieu des 1,7 millions par an investis actuellement».

 

Certains objectifs, techniques et de gouvernance, seront contractualisés, les éventuelles pénalités abondant un fonds de performance. « Il n’y a pas de magie, souligne le responsable, juste une négociation tendue qui s’est traduite par une vraie rationalisation des coûts ». A commencer par une réduction des marges de l’opérateur, de 15 % à moins de 3 %, de ses charges mais aussi par une meilleure gestion budgétaire de la ville qui paiera désormais son eau potable.

 

Pour les abonnés, la facture s’en ressentira dès juillet 2012 grâce à un avenant. Le prix de l’eau passera de 3, 42 euros à 2 euros le m3, avec une tarification sociale originale. « C’est un tarif binomial très simple conçu pour aider les ménages antibois en difficulté et pas uniquement les vacanciers ». En dessous de 120 m3 (48 % des abonnés), le nouveau tarif sera abaissé de 78 % sur la part eau potable et au dessus de ce seuil, de 34 %

 

Source : http://www.hydroplus.info/ /

 

 

3. La Guerre de TROYES a bien lieu

 

« Un vrai service et au juste prix ! »

 

Au-delà de sa requête devant le tribunal administratif, sur la prolongation du contrat d'affermage l'opposition réclame un retour à la gestion publique de l'eau.

 

La délibération du 29 septembre 2011 du conseil municipal de Troyes, prorogeant le contrat d'affermage (en l'occurrence la concession de l'eau) entre la ville et Veolia, continue de faire couler de l'encre, à défaut de faire couler de l'eau !

 

L'opposition faut-il le rappeler est montée au créneau, s'émouvant de cette reconduction alors même que la municipalité avait la possibilité d'y mettre fin dès 2015 ! Aussi Marc Bauland (PS), Alain Carsenti (Alliance centriste) et Dimitri Sydor (PS), ont-ils entrepris une requête en annulation de cette fameuse délibération, auprès du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne.

 

« Une situation qui n'est pas propre à Troyes »

 

Les trois élus estiment que le rapport est « entaché de nombreuses erreurs faussant le jugement des conseillers », que la procédure suivie par la ville de Troyes « n'est pas réglementaire » et qu'enfin le droit à l'information des conseillers municipaux « a été bafoué ». Mais ne nous y trompons pas. Au-delà de ce qui, au premier abord, pourrait s'apparenter à du pinaillage, l'opposition entend dénoncer à cor et à cri la main mise des grandes entreprises privées, Veolia en la circonstance, sur les contrats d'affermage, et réaffirmer tous les bienfaits d'un retour à la gestion publique.

 

« Ce que nous voulons, c'est un vrai service public pour les Troyens, et au juste prix », martèle Marc Bauland. « Cette situation n'est pas propre à Troyes. Elle s'inscrit plus largement dans le cadre français avec une remise en cause du principe selon lequel trois grandes entreprises en situation de monopole, Veolia, Suez et Saur assurent la production, la distribution d'eau ainsi que le traitement des eaux usées pour l'intégralité de la population ». Invité par l'association Troyes pour tous à l'occasion d'une conférence sur l'eau, Marc Laimé, ancien journaliste spécialisé, fait autorité en la matière. Consultant eau et assainissement auprès des collectivités locales, il a également créé un blog « carnet d'eau » dédié aux enjeux internationaux de la gestion de l'eau dans le cadre d'un travail avec le Monde Diplomatique.

 

Des collectivités locales totalement dépendantes

 

Ce dernier met en exergue les dérives observées depuis 1980, avec des contrats d'affermage qui se traduisent par une perte totale de la maîtrise technique par les collectivités locales qui sont complètement dessaisies des compétences qu'elles exerçaient naguère ! « À partir de là se met en place un rapport déséquilibré entre la collectivité et l'entreprise qui capitalise tous les savoirs faire, la connaissance intime de tout ce qui concerne l'eau. Sur la base de cette position dominante se pose la question de savoir si elles remplissent leurs engagements contractuels ».

 

Si auparavant la DDE et la DDA apportaient leur aide aux collectivités ces dernières sont aujourd'hui totalement seules ! « Les entreprises ont développé des techniques d'ingénierie. Face à elle, les collectivités n'ont plus les moyens de mobiliser une expertise juridiques et financière. Elles sont en totale dépendance vis-à-vis de grands groupes qui présentent chaque année des budgets d'une opacité totale avec parfois des surfacturations incohérentes. Et au final, c'est l'usager de l'eau qui trinque ! », insiste Marc Laimé.

 

Pour Marc Bauland, il n'y a pas trente-six chemins à emprunter : « Il serait plus efficient de revenir à une gestion publique, c'est-à-dire en direct par la ville. Des communes telles que Paris ont choisi d'y revenir. C'est exactement le sens de notre démarche à Troyes »

 

de Gaël PADIOU

Libération Champagne

 

Source  :

http://www.lest-eclair.fr/article/liberation-champagne/gestion-de-leau-marc-bauland-un-vrai-service-et-au-juste-prix  /

 

 

 

( Le titre de cet article a été choisi en souvenir de Marie-Laure qui a eu la courtoisie de recevoir igepac.

Il n'y a pas de bons ou de méchants individus qui nous gouvernent, il y a des citoyens compétents ou incompétents.

Et pour être bref, cette compétence se déduit du respect ...

et la supériorité d'un être sur son congénère n'a de justification que chez les animaux ... )

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans Politiques de l'eau
commenter cet article

commentaires

Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens