Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 00:47

Veolia va conseiller la ville de New York pour optimiser la gestion de son eau

Le groupe français va aider la ville de New York à optimiser la gestion de ses services d'eau et d'assainissement. Une mission qui sera rémunérée en fonction des objectifs atteints. " Voilà que l'idée elle est bonne, il faut maintenat la mettre dans le programme du nouveau Président ! "

 

 

Un article des Echos de Philippe Bertrand

  

Le 10 avril, Veolia Eau, annonce « une première » selon l'expression du directeur général Jean-Michel Herrewyn. La branche eau de Veolia Environnenement va signer un contrat de partenariat de quatre ans avec la ville de New-York pour l'optimisation de ses services publics d'eau et d'assainissement. Tout tient dans le mot « optimisation ». Pas question ici pour la régie public qui approvisionne les 8 millions d'habitants de la grosse pomme de déléguer au groupe français la gestion de ses services d'eau et d'assainissement. Ni directement, ni par le biais d'un partenariat public privé. Il ne s'agit là que de conseil et d'aide à la gestion.

 

 

Le département de la protection de l'environnement de la ville souhaite réaliser chaque année entre 100 à 200 millions de dollars d'économies sur les coûts de gestion et de maintenance annuels de ses installations qui représentent un budget de 1,2 milliard de dollars. Veolia a pour mission de lui fournir l'expertise susceptible de l'aider à atteindre ses objectifs. Des managers et des experts de l'entreprise iront travailler avec leurs homologues du service public. Dans un première phase, depuis la fin 2011, Veolia a réalisé un audit de la situation. C'est la phase active du partenariat qui débute aujourd'hui. Le groupe perçevra une rémunération fixe qui sera supérieure à ses coûts, puis des bonus calculés en fonction des objectifs. Selon le groupe, le chiffre d'affaires global estimé de ce contrat s'élèvera à hauteur de 40 millions de dollars, hors primes.

 

« Une nouvelle approche »

 

Pour le directeur général de Veolia Eau, ce contrat illustre « une nouvelle approche du marché ». « Aux Etats-Unis, nous réalisons environ 800 millions d'euros de chiffre d'affaires, dont 500 millions en gestion traditionnelle de réseaux et 300 auprès de clients industriels. Le marché américain, où les régies publiques dominent, ne s'est en réalité pas aussi ouvert au privé que certains l'avaient prévu. Cette nouvelle déclinaison de notre offre montre aux collectivités qu'il n'y a pas, en matière d'eau, de solution unique, que nous pouvons être flexibles » explique Jean-Michel Herrewyn, qui ajoute : « Nous sommes en mouvement, pour faire plus, pour faire autrement. C'est la meilleure façon d'attirer nos partenaires publics. »

 

Dans le monde, contrairement à la France, près de 90 % de l'eau est géré par des acteurs publics. Pour Veolia, l'autre avantage de ce nouveau type de contrat est de générer un revenu qui s'apparente pour l'essentiel à de la marge brute.

 

Voir ici :

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0201999113834-veolia-va-conseiller-la-ville-de-new-york-pour-optimiser-la-gestion-de-son-eau-310776.php

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans Politiques de l'eau
commenter cet article

commentaires

Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens