Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 00:14

   niort-irrigation-juillet-2011.jpg

 

Samedi matin aux halles de Niort, le mouvement avait symboliquement apporté un enrouleur servant à l’irrigation. « Avec les bassines, on ne règle pas le problème, on le déplace dans le temps », dénonce-t-il.

 

Le mouvement “ De l’eau pour tous ” fait signer une pétition et a donné ce week-end à Niort le coup d’envoi d’une campagne qui va durer tout l’été.

Imaginez la piscine : plus vaste que la place de la place de la Brèche à Niort (plus de six hectares) et d’une profondeur de 13 mètres, soit un immeuble de trois étages. Ce sont les dimensions de la nouvelle bassine de stockage d’eau destinée à l’irrigation construite à La Laigne en Charente-Maritime. De quoi stocker 650.000 mètres cubes.

 

Le genre d’investissement, subventionné sur fonds publics, voué aux gémonies samedi matin à Niort par le mouvement « De l’eau pour tous ». Fédérant des acteurs aussi divers que la Confédération paysanne ou SOS Rivières & Environnement, le mouvement pourfend la politique de l’eau des pouvoirs publics. Pour se faire entendre, il a distribué des tracts et commencé à faire signer une pétition qui sera remise au début de l’automne aux parlementaires du département.

 

Faux bon sens

 

Stocker l’eau de pluie l’hiver en prévision de la saison sèche peut paraître une solution de bon sens. L’équivalent à grande échelle, du récupérateur d’eau dont nous pouvons nous servir à la maison pour arroser le jardin. Du faux bon sens, rétorque « De l’eau pour tous » : « Une bassine de 6,2 ha sur 13 mètres de haut ne peut pas se remplir avec l’eau de pluie, celle-ci ne peut pas suffire. L’eau utilisée pour le remplissage est majoritairement pompée dans les nappes phréatiques », critique Hélène Girard, tandis que Jean-Jacques Guillet dresse le même constat : « Avec les bassines, on ne règle pas le problème, on le déplace dans le temps. On prend l’hiver dans la nappe phréatique qui du coup ne peut pas se reconstituer. La multiplication de ces bassines va d’ailleurs faire qu’on n’aura plus assez d’eau pour toutes les remplir. »

 

Le mouvement sur ce dossier, entend jouer les aiguillons en maintenant une pression permanente sur le terrain. Et il refuse de se laisser enfermer dans une rivalité entre défenseurs de l’environnement et agriculteurs : « Cette politique privilégie une toute petite partie des agriculteurs, à peine 10 %. » Samedi matin, la même opération se déroulait simultanément à Fontenay-le-Comte. Le coup d’envoi d’une campagne qui va durer tout l’été.

 

Accès à la pétition par le blog : http://deleaupourtous.blogspot.com

 

Yves Revert la Nouvelle République http://www.niort.maville.com/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans Politiques de l'eau
commenter cet article

commentaires

stan 14/07/2011 07:50


tous les ans la même question se pose .... que font nos politiques ?? comme à l'accoutumé ...rien il laisse pisser l'eau


Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens