Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 04:51

Les seigneurs parisiens continuent d'étendre leurs fèces. Les élus locaux et la population subissent ... .

 

La justice et l'administration locale applique une loi, une réglementation  faite par et pour ces seigneurs-citadins.

  

Retour au Moyen-Age avec des extraits d'un article de Gilblog

 

boues-berry-dec-2010.PNG

" Par son jugement du 21 décembre 2010 Le Tribunal administratif d'Orléans a suivi les avis du rapporteur public à l'audience du 7 décembre dernier en annulant une grande partie de ce qui restait de l'arrêté préfectoral du 6 février 2009. Rappelons que le Tribunal administratif ne statue pas sur les aspects environnementaux ou de santé publique du dossier, mais sur la légalité des textes administratifs qui lui sont soumis lorsqu'un particulier ou une association conteste une décision du pouvoir exécutif. Donc la Préfecture n'aura pas à refaire le long chemin qui va de l'enquête publique aux consultations et à la publication d'un nouvel arrêté d'autorisation des épandages. Mais son arrêté est vidé de son contenu pour une grande partie : les articles qui ne sont pas conformes aux dispositions légales ou réglementaires.

 

… .

 

> Dès à présent, on peut tirer quelques conclusions partielles de ce jugement.

 

Le Tribunal administratif ne pouvait sans doute pas "punir" la Préfecture en annulant purement et simplement les deux Arrêtés. Une telle décision aurait affaibli l'autorité préfectorale. Elle aurait suspendu les épandages pour un temps, mais une nouvelle demande du Siaap aurait relancé la procédure d'Enquête publique et la protestation aurait repris de plus belle.

 

Le Siaap, que l'on disait hors d'atteinte des procédures, a révélé les faiblesses de son dossier.

Les modalités des plans d'épandage dans d'autres départements devront être vérifiées et réexaminées, notamment si les associations s'y intéressent...

 

La crédibilité du CODERST du Cher est entamée, puisque cet organisme a approuvé un dossier dont l'essentiel était erroné.

 

La crédibilité de la Chambre d'agriculture du Cher est également entamée, pour les mêmes raisons.

Privée de moyens de contrôle sur le terrain, la MESE aura le plus grand mal a remplir sa mission.

 

En annulant de nombreux articles de l'Arrêté préfectoral, le Tribunal administratif fait la démonstration que la Préfecture a mal défendu les intérêts de l'environnement et de la santé dans le Cher.

 

À défaut d'une victoire totale, les anti-boues et les habitants du Cher ont remporté une bataille importante.

 

> Cependant l'Arrêté préfectoral n'étant pas annulé, des épandages pourront avoir lieu sur une petite échelle et seront toujours renouvelables par périodes de huit ans sans limitation. 

Comment les habitants du Cher et les militants anti-boues réagiront-ils ? À quelle date les épandages commenceront-ils ?  Y aura-t-il d'autres désistements parmi les agriculteurs ?  Quelles seront les prochains événements ?

 

Willy Béteau, porte parole du Collectif anti-boues vient de déclarer aux médias : "Nous ne boudons pas notre plaisir, nous aurions bien sûr préféré que l'arrêté soit annulé. Des erreurs essentielles contenues de l'arrêté ont été annulées par le tribunal : terrains au pH inférieur à 6, parcelles dans périmètre de protection des captages d'eau potable. Quand on considère que la préfecture a déjà dû revoir sa copie cadastrale du fait de notre travail et que la surface est passée de 5000ha à 3500ha, le fait d'enlever de nouvelles surfaces de terres acides ou proches des captages, les épandages ne pourront avoir lieu que sur environ la moitié du plan initial (2500 ha) . Il est effrayant de penser que sans notre intervention, c'est un arrêté entaché d'irrégularités qui aurait été appliqué." 

On attend avec impatience et un vif intérêt les analyses et les prochaines déclarations des associations du Collectif anti épandages."

 

L'article complet ici : 

http://www.gilblog.fr/non_aux_boues_toxiques/arrete-prefectoral-reste-pas-grand-chose.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans STATION d'épuration
commenter cet article

commentaires

Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens