Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 12:02

 

En raison de la situation de l’agglomération du Havre, à l’extrémité de la Pointe de Caux, épandre les boues d’épuration en amendement agricole impliquait de les transporter sur de longues distances, avec en plus une pollution assurée des sols. Le Havre parie donc sur l'auto-combustion des boues.

 

La toute nouvelle station d’épuration du Havre (322 000 EH), inaugurée mardi 18 octobre, est l’un des premiers sites français à accueillir un Thermylis – un procédé d’oxydation thermique des boues proposé par Degrémont et qui fonctionne par auto-combustion.

 

Et pendant ce temps nous avons vu que Madame la Ministre du développement ( et de la pollution ) durable inaugurait une réhabilitation d’Achères pour mieux polluer le sol et sous-sol des voisins situés à plus de 200 km 

e t c'est ainsi que

 le Bérry lutte contre l'envahissement  de cette pollution parisienne.

 

« Cette solution a donc été abandonnée au profit d’un traitement sur place par incinération. La solution Thermylis de Degrémont a été sélectionnée en raison de sa capacité à fonctionner en « auto-combustion ». « Le four utilise le propre pouvoir calorifique des boues », précise Gérard Tannière, directeur eau et assainissement de la Communauté de l’agglomération havraise (Codah).

 

Boues primaires et secondaires

 

Après avoir été mis en route grâce à du gaz naturel, le four n’est plus alimenté que par les boues. Ces dernières sont de deux sortes : les boues issues du traitement biologique, en l’occurrence des bassins Cyclor où le traitement est de type boues activées par réacteur biologique séquencé (dit RBS) ; et des boues primaires. Ces dernières sont produites à partir d’eaux brutes envoyées après prétraitement vers un décanteur lamellaire. « Elles ont une meilleure combustibilité que les boues secondaires », explique Philippe Harrissart, directeur de projet chez Degrémont. Ces deux types de boues sont mixés, puis le mélange est déshydraté dans des filtres presses pour atteindre une siccité de 32% avant d’alimenter le four Thermylis.

 

Lit fluidisé

 

Ce dernier contient un lit de sable porté à haute température et fluidisé par un apport d’air chaud (650° C) provenant d’une boite à vent. Cela crée une turbulence, similaire à celle d’un liquide en ébullition, où les boues sont incinérées à une température atteignant par pointes 850°C. La chaleur des fumées sortantes est récupérée pour chauffer l’air de fluidisation, d’où l’efficacité énergétique du procédé.

 

« Ce traitement génère des cendres sèches minérales, valorisables en ciment ou en matériaux pour les routes », poursuit Philippe Harrissart. Le four possède aussi un traitement poussé des fumées (chlore, dioxines…), ce qui produit un déchet appelé refus d’incinération des boues (refib), qui doit être envoyé en centre de traitement des déchets.

 

Pluie décennale

 

La station du Havre présente aussi d’autres particularités : ainsi, la décantation lamellaire sert, par temps de pluie, à traiter le surplus d’eaux entrantes. « Toutes les eaux générées sur la communauté d’agglomération par une pluie décennale peuvent ainsi être traitées sans rejet direct au milieu naturel », garantit Gérard Tannière. Autre spécificité : c’est la plus grande référence européenne de Degrémont pour son produit Cyclor. En raison du manque de place au sol, deux réacteurs Cyclor ont été installés l’un sur l’autre, ce qui est une première.

 

Tous ces efforts doivent permettre au Havre de protéger sa baie. L’agglomération contribue ainsi à atteindre le bon état dans l’estuaire de la Seine, conformément aux exigences de la DCE. »

 

Source :

http://www.hydroplus.info/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans STATION d'épuration
commenter cet article

commentaires

France Lemieux 20/10/2011 21:12


Je transmets vos informations à mon député...qui me demande ce qu'on peut faire avec les boues septiques venus de partout au Québec. Raison invoquée: Les terres agricoles du Haut Saint-Laurent sont
en déficit de phosphore. En attendant un procédé plus sécuritaire...je les reçois à 150m de mon puits.


Pierre PETIT 20/10/2011 22:20



Les raisons toujours invoquées pour épandre les boues seraient acceptables si ces boues n'étaient pas contaminées par les produits de la chimie industrielle ( ce qui n'était pas le cas il y a une
cinquantaine d'années ). L'eau de votre puits est surement contaminée, reste à connaître  l'importance de cette pollution !



Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens