Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Avec IGEPAC, passez du Moyen Age au XXI ième siècle : mission impossible ?

 

Au regard d'un bon nombre d'élus et d'un point de vue administratif l'eau est toujours considérée comme une redevance, une taxe ou un impôt local … servant à compléter un budget communal. Mais la gestion actuelle doit être faite à l'aide d'un budget séparé et autonome, et la démarche ( d'une simple gestion financière ) devant accompagner ce changement ne s'est pas faite faute d'un manque de formation de nos décideurs, quelques soient d'ailleurs leurs niveaux de responsabilités. Les témoignages déjà recueillis par IGEPAC en sont une preuve évidente.

 

Pour certains consommateurs, le prix de l'eau n'est vraiment pas équitable. Combien d'entre nous ont détaillé et analysé une facture d'eau ? Quel est le pourcentage de ménages qui ont vraiment des difficultés de fin de mois pour payer leur facture d'eau ? " Tout le monde s'en fout " et il n'y a pas de mal à exiger quelques euros de plus à une minorité sociale. Certains élus profitent de cette situation pour mener et enseigner une politique discriminatoire, et  ne s'en cachent pas publiquement !

 

Les médias  nous indiquent des prix du m3 qui ne reflètent pas la réalité. IGEPAC se donnera donc pour mission de déterminer au mieux le prix de l'eau que paye le consommateur. Une enquête nationale est en cours et IGEPAC compte sur votre participation pour mener à bien cette mission. Voir notre appel à témoin.

 

 Une première distinction est faite entre

 -    l’eau, produit de consommation courante, indispensable à la vie, nécessaire à l'alimentation et à l'hygiène,

et

 -    l’eau, matière première des activités professionnelles, qui sera revendue directement ou transformée dans un but lucratif.

 

Une seconde distinction est faite parmi les activités professionnelles. L’agriculture tient une place à part. C’est une activité d’utilité publique, vitale pour la Nation, permettant de nourrir l’ensemble de la population.

 

Le professionnel sera un abonné ayant des consommations de l'ordre du millier de m3, ce n'est pas un industriel mais un abonné ayant une facturation identique à celle du particulier.

 

L’abonné de référence a une consommation annuelle de 60 m3. Cette moyenne est très proche de la médiane c’est à dire qu’il y a autant d’abonnés consommant moins de 60 m3 que d’abonnés consommant plus de 60 m3. La consommation annuelle de 120 m3 prise en référence par l’administration n’a aucune signification statistique pour les consommateurs que nous sommes, elle nivelle et abaisse le prix du m3 d’eau en voilant la réalité.

 

Les informations sur le prix de l’eau sont faites à partir de statistiques locales basées sur la facture du consommateur et les données publiques des collectivités.

 

Le prix du m3 d’eau est le prix de revient du consommateur : montant de la facture divisé par le nombre de m3 consommés.

 

Le coût de production ou le prix de revient à la collectivité du m3 est obtenu en divisant le montant des charges par le nombre de m3 facturés.

 

Nos élus, les médias et les administrations locales crient régulièrement au scandale parce que le prix du m3 en France varierait du simple au double. Mais la présence d’une part fixe dans la facturation de l’eau peut multiplier par dix et plus le prix du m3 entre proches voisins d'une même localité, d'une même rue. Les origines d'une telle injustice découlent d'un choix politique qui est un véritable tabou. Lire notre dossier sur  http://igepac.free.fr

Partager cette page

Repost 0
Published by

Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens