Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

LIVRE-Marie-Agnes-Bordonneau.PNG

 

Ce livre paru en 2009 est consacré à l’eau, il présente une approche originale, trop rarement explorée surtout lorsque l’actualité se focalise sur la reconnaissance du droit à l’eau. De quoi parle t-on lorsque l’on parle de Droit et d’Eau ? L’auteur, juriste de formation nous accompagne à la découverte de ces deux sphères de façon très pédagogique. C’est pourquoi, Amis de l’eau, je vous encourage à vous y plonger ( sans vous laisser dissuader par son volume 900 pages )… Vous ne le regrettez pas ! Mais nous sommes convaincus que ce résumé sera mieux vous convaincre que notre courte introduction…

 

Résumé

 

Du point de vue juridique, la nature de l'eau est à la fois un bien commercial, mais également un bien patrimonial qu'il faut apprendre à protéger, défendre et traiter comme tel. Cette spécificité justifie un régime juridique particulièrement protecteur, afin de préserver cette ressource, vitale pour l'homme. C’est ce « Regard juridique sur la double nature de l'eau » que Marie-Agnès Bordonneau nous propose.

 

Le sujet de cette recherche est l'eau ; plus précisément, l'eau destinée à un usage particulier : l'approvisionnement du public. Comment fournir au public une eau de bonne qualité dans des conditions économiquement, socialement et écologiquement acceptables ? Cette interrogation est le fil conducteur qui nous guide tout au long de cet ouvrage. Et la réponse que nous tentons d'apporter est qu'il faut comprendre, respecter et intégrer dans toute réglementation s'y appliquant, la double nature de l'eau.

 

L'eau possède en effet, outre son évidente valeur environnementale, une valeur sociale, sanitaire mais aussi économique. La directive cadre du 23 octobre 2000 affirme ainsi avec force dans son tout premier considérant : « L'eau n'est pas un bien marchand comme les autres mais un patrimoine qu'il faut protéger, défendre et traiter comme tel ». Cette formulation synthétise parfaitement la double nature de l'eau telle que nous la concevons dans cet ouvrage.

 

Cette formule nous rappelle que l'eau présente une incontestable nature économique - un bien marchand - tout en soulignant la spécificité de ce bien - ce n'est pas un bien marchand comme les autres car il est aussi un patrimoine commun - spécificité qui justifie un régime particulièrement protecteur afin de préserver cette ressource si vitale pour l'homme. Ce sont ces deux aspects dont nous traitons respectivement dans les deux parties de cette étude : l'eau ressource vitale/l'eau valeur économique.

 

La première partie démontre la nature de ressource vitale de l'eau. Elle expose les deux aspects fondamentaux de cette ressource : celle-ci est à la fois un patrimoine vital et collectif, un patrimoine commun de l'humanité qu'il faut partager et transmettre (problématique de la nature de chose commune de l'eau, du droit à l'eau...) et une ressource naturelle qu'il faut préserver par tous les moyens (polices de l'eau, contentieux civil et pénal de l'atteinte à la ressource, mesures économiques...).

 

La deuxième partie aborde le second visage de l'eau : l'eau valeur économique, l'eau objet d'une prestation économique. L'expression la plus concrète de cette valeur économique se révèle dans les services d'eau. Cette partie montre comment ces services s'inscrivent dans un balancement entre deux ordres normatifs, qui finalement correspond à la double nature de l'eau : leur dimension d'intérêt général (c'est la fourniture d'une ressource essentielle) justifie leur qualification de service public, leur dimension commerciale (c'est une prestation économique) justifie celle d'activité économique et l'application de règles dédiées (droit de la concurrence, droit de la consommation, clauses abusives...).

 

En conclusion, ce livre tente de démontrer que seule une vision globale de l'eau, une vision qui intègre ces deux aspects peut inspirer une politique de l'eau durable qui préserve à la fois cette ressource fragile et satisfait les besoins si essentiels de ceux qui la consomment.

 

Sources :

http://www.mollat.com/

et http://www.paperblog.fr/

 

L’auteur

 

Marie-Agnès Bordonneau est Docteur en Droit privé.

http://www.juristes-environnement.com/

 

Elle a consacré sa thèse au droit de l’eau et s’est spécialisée dans le droit de l’environnement. Elle intervient dans le cadre du Master professionnel de droit de l'environnement, de la sécurité et de la qualité dans les entreprises de l’Université Paul Cézanne ( Aix-Marseille III - http://cde-aix.fr/Blog/equipe/ )

Partager cette page

Repost 0
Published by

Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens