Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

Un microgramme de pesticide, c’est négligeable, nous dit-on.

 

Une première approche

 

Dans 100 grammes d’un pesticide donné, il y a environ

1 000 000 000 000 000 000 000 000 molécules, ces « petites bêtes » nocives.

 

Dans un microgramme de ce produit, il y en aura donc 100 000 000 fois moins, « on » nous dit que c’est négligeable ( à notre échelle ) et que le risque de toxicité est nul ou négligeable.

 

Combien reste-t-il de molécules dans ce microgramme ?

Il n’en reste que 10 000 000 000 000 000 !

 

Considérons maintenant un nanogramme ( 1000 fois plus petit que le microgramme ), c’est un milliardième de gramme ou encore : vous prenez un kilogramme que vous partagez en un million de parts égales, puis vous partagez une de ces minuscules parties encore en un million de parts égales.

 

Combien reste-t-il de molécules dans ce minuscule nanogramme ?

Il en reste encore 10 000 000 000 000 ! Dix milles milliards.

 

La loi considère que la limite doit être de 0,1 µg/l ( 0,1 microgramme par litre ou 100 nanogrammes par litre ).

 

Elle tolère 1 000 000 000 000 000 molécules par litre, un million de milliards de ces «  petites bêtes » par litre, … trois fois rien.

 

Un rien qui vaut donc tout de même 333 333 333 333 333, 333 … !

 

De quoi convaincre que l’homéopathie peut-être parfois efficace à doses répétitives.

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens