Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 00:41

Question re-...-reposée : " J’habite Paris, où puis-je trouver sur Internet les doses de nitrates de mon eau ?

 

Réponse d’igepac : Après une journée de recherches infructueuses et à défaut d’une réponse de la ville de Paris(1), voici quelques résultats obtenus sur Internet.

 

(1) Constat d’igepac : igepac pose toujours de mauvaises questions, des questions qui fâchent, si bien que le taux de réponses aux demandes d’information avoisine les 10 %.

 

Disons depuis une vingtaine d'années, le problème constant du consommateur n'est plus de savoir que la réglementation en matière de santé publique est respectée, mais c'est de savoir ce qu'il a dans son assiette ou dans son verre. C'est ce pourquoi igepac s'informe et vous informe. Dès la naissance de ce site, nous nous sommes rendus compte très vite que l'eau était logé au même niveau que le " Médiator".  Pourquoi d'ailleurs, l'eau serait-elle mieux surveillée qu'un produit pharmaceutique ? Les paroles de scientifiques de très haut niveau, au moins au niveau hiéarchique, étaient pourtant venus nous rassurer. C'est pourquoi il nous faut de réelles preuves pour pouvoir faire notre propre jugement. La parole médiatique n'est plus crédible. La pollution de l'eau relève du domaine de la chimie, il nous faut des preuves scientifiques, mais des preuves TRES élémentaires. Et pour autant, c'est pratiquement impossible de les obtenir. ... !

 

Le yo-yo des nitrates parisiens

dans une transparence plutôt opaque

 

1/ Le premier réflexe est de se rendre sur le site du Ministère de la Santé où sont publiées les résultats d’analyses de toutes les communes de France. Au 10 décembre 2011, les derniers résultats d’analyses de l’eau distribuée à Paris qui sont disponibles datent des 27 et 28 octobre 2011 !!! igepac attend une justification du distributeur « Eaux de Paris ».

 

2/ De plus, le lieu de prélèvement a disparu de la fiche d’analyse et apparemment cette information primordiale a été supprimée de toutes les fiches d’analyses de l’ensemble du site(2), ce qui fait perdre une bonne dose de crédibilité aux résultats publiés et laisse place au doute. Sur des kilomètres de parcours, l’eau se charge plus ou moins des substances déposées sur les parois des conduites, elle peut donc mal « vieillir ». Une analyse en début de réseau est donc différente de celle faite en fin de réseau et c’est d’ailleurs pourquoi plusieurs prélèvements sont effectués tout au long d’un même réseau.

(2) une explication est en attente de sante.gouv.fr

 

3/ Autant il est facile de connaître la qualité de l’eau de son robinet lorsque la distribution est assurée par une seule ressource ( dans les petites collectivités ), autant dans la capital c’est le parcourt du combattant dans un vrai labyrinthe car il existe une multitude de points d’alimentation en eaux de rivières et nappes phréatiques et si vous rajoutez de savants mélanges de ces ressources pour rester dans les normes, les informations du web sont impossibles à déchiffrer. La faible résolution des images sur les sites rend des cartes illisibles et les informations publiées sont très incomplètes pour une bonne compréhension.

 

A partir de ces constats, qu’elle réponse peut être apportée par igepac ?

 

Nous nous limiterons aux informations générales du site du Ministère en prenant la marge haute de concentration en nitrate et en se limitant à une journée d’analyse, la dernière publiée sur le site. Il existe cependant des îlots où la concentration de nitrates est plus faible, lorsque l'eau provient des rivières mais aucune information le précise.

  

Eau-paris-nitrates-28-10-2011.PNG

 

 

 

Conclusion

 

 

Eau-paris-precaution-sanitaire.PNG 

 

Informations disponilbles sur le site du Ministère

 

logo-ministere-analyses-eau.PNG

http://www.sante.gouv.fr/resultats-du-controle-sanitaire-de-la-qualite-de-l-eau-potable.html /

 

 

Les analyses retenues, ici. 

 

 

 Informations du site Eau de Paris

 

Eau-paris-reseaux.PNG

 

" Le réservoir de Montsouris (202 000 m3) alimente, à partir des eaux provenant des aqueducs de la Vanne et du Loing, les 1ier, 2e, 3e, 4e et 7e arrondissements, et en partie les 5e, 6e, 8e, 9e, 10e, 11e, 12e, 13e, 13e, 14e et 15e arrondissements, soit 35% de la ville.

 

Les réservoirs de Ménilmontant et des Lilas, les réservoirs et cuves de Belleville et de Montmartre (313 000 m3) alimentent, à partir des eaux provenant de l'usine de Joinville, les 18e, 19e et 20e arrondissements, et, en partie, les 9e, 10e, 11e et 12e arrondissements. Le réservoir de l’Hay-les-Roses (229 000 m3) alimente à partir des eaux provenant de l’usine d’Orly, une partie des 5e, 6e, 13e, 14e, 15e et 16e arrondissements.

 

Le réservoir de Saint-Cloud (426 000 m3) alimente, à partir des eaux provenant de l’aqueduc de l’Avre, le 17e arrondissements, et en partie les 8e, 16e et 18e arrondissements.

 

La capacité totale des réservoirs est d’environ 1 200 000 m3. "

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans POLLUTION & SANTE
commenter cet article

commentaires

Sam 17/12/2011 19:03

Vous pouvez trouver des données moyennes annuelles sur le site du ministère de la santé que vous indiquez.
Par exemple pour le zone centre de Paris et l'année 2010
www.sante-iledefrance.fr/eau/dep75/q75_10/centre.fr

On y apprend que la moyenne était dans cette zone de
37mg/l et le maximum de 42mg/l
Résultat similaire sur la zone nord-ouest (moyenne 37mg/l, maximum 45.7 mg/l)
et plus bas sur les 2 autres zones (moyennes de l'ordre de 20mg/l)

Les fiches nous expliquent d'ou vient l'eau des différentes zones.
Et si j'ai bien tout compris, plus les Eaux de Paris vont chercher l'eau loin (Eure et Loire, Seine et Marne...) plus il y a de nitrates dedans !!! C'est bien la peine...

Le plus choquant comme vous l'avez déjà souligné dans votre article "le maire nourrit ses petits avec une eau riche en nitrates", c'est la communication éhontée sur la qualité de l'eau.

mais pas si étonnant que ça : Delanoe a transformé l'eau de Paris en marchandise politique...

Pierre PETIT 18/12/2011 10:51



Un constat quotidien d'igepac : la gestion de notre eau est un très bon reflet de notre sociélé où la notion d'intérêt général a disparu de tout horizon.


40 mg/l pour un nourrisson correspond à une dose de 500 à 1000 mg/l pour un adulte. en oubliant pas que c'est la seule alimentation de base du nourrisson !!!


( Que vous alliez à Dijon ( gauche ? ), Besançon, Lyon ... en faisant un tour de France, vous trouverez dans les bars des grandes villes des verres à eau et des carafes au nom de l'eau de la
ville. Ce bling-bling a été contagieux, la Capitale  n'y a pas échappé, malheureusement. )



stan 14/12/2011 06:13

mais que fait ce ministère .....?

Pierre PETIT 14/12/2011 09:20



Pour l'instant on ne connait pas les responsables.



Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens