Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 03:45

 

STEP-plongeon.PNG

 

Ce sont les vacances, et en bord de mer les eaux de baignades sont sous surveillance. Dans notre serie actuelle de revisite des STEP, et un sujet que nous n'avons pas encore abordé : la présence ( normale ) de virus en sortie de station d'épuration.  Cette situation a déclanché une étude, portant sur plus de 1400 prélèvements d'eaux côtières ou douces dans 9 pays d'Europe et a découvert des virus dans près de 40% d'entre eux.

 

« Les résultats soutiennent l'idée de mesurer la présence d'adénovirus humains pour évaluer la contamination virale des eaux, car ils sont rejetés tout au long de l'année dans chaque zone et sont présents dans la totalité des échantillons d'eaux usées. » Normal également, les eaux usées des STEP ne sont pas traitées. Rien de bien inquiétant, sauf à faire de l'alimentation "bio" avec cette eau !!!

  

__________________________

 

Un article de notre-planete.info

 

« Les concentrations sont faibles, mais les chercheurs déclarent qu'il est nécessaire de surveiller la présence de microorganismes, particulièrement lorsque leur nombre augmente par exemple après de fortes pluies. Contrairement aux bactéries comme l'entérocoque intestinal et Escherichia coli, aucune limite n'est définie pour les virus par la législation européenne sur les eaux de baignade. Elle demande simplement de conduire des travaux scientifiques pour déterminer les paramètres de référence et trouver des méthodes fiables de détection.

 

Le projet VIROBATHE a regroupé 16 organismes de recherche venant d'Allemagne, d'Espagne, de France, d'Italie, de Chypre, de Pologne, du Portugal, des Pays-Bas et du Royaume-Uni, et évalué la présence d'adénovirus (virus à ADN) et de norovirus (des virus à ARN causant la gastroentérite) dans 1410 échantillons d'eaux de baignade, en eau douce ou en mer. C'est ainsi que des partenaires de VIROBATHE à l'université de Barcelone (UB) ont étudié les plages de Gavà.

 

L'équipe a constaté que 553 échantillons (39,2%) contenaient des virus. Les adénovirus étaient présents dans 36,4% des échantillons, et les norovirus dans 9,4%. Les virus se sont révélés plus fréquents dans les eaux douces.

 

Les chercheurs ont par ailleurs constaté qu'environ 25% des microorganismes, présents dans un petit nombre d'échantillons, était potentiellement infectieux. Les experts rappellent que les adénovirus sont associés à la gastroentérite chez l'enfant, tout comme les infections de l'oreille, de la conjonctive ou de l'appareil respiratoire. Cependant, comme de nombreuses personnes ont déjà été en contact avec ces virus, elles ont développé une certaine résistance à l'infection par la plupart des souches.

 

"En général, les adénovirus ne représentent pas nécessairement un risque pour la population, si ce sont des souches communes qui ont déjà infecté la plupart des gens dans leur jeune âge, et si leur concentration reste faible", explique Rosina Girones, directrice du laboratoire de pollution virale de l'eau et des aliments à l'UB.

 

Les chercheurs ont constaté que les virus mettent plus de temps que les bactéries pour revenir à une concentration acceptable après de fortes pluies. Certain virus résistent bien plus que les bactéries à l'eau salée et aux processus de traitement des eaux usées.

 

Le Dr Girones déclare : "Les résultats montrent que nous avons déjà une technique fiable, la PCR (la réaction en chaîne par polymérase) quantitative, pour détecter et quantifier les virus dans les eaux de baignade, et donc estimer la contamination fécale et la qualité de l'eau. Mis à part ce point, il n'y a pas de corrélation claire entre le niveau des indicateurs bactériens cités dans les réglementations et la présence des virus étudiés."

 

Les résultats soutiennent l'idée de mesurer la présence d'adénovirus humains pour évaluer la contamination virale des eaux, car ils sont rejetés tout au long de l'année dans chaque zone et sont présents dans la totalité des échantillons d'eaux usées. »

 

La suite ici

http://www.notre-planete.info/actualites/lireactus.php?id=2900

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre PETIT - dans POLLUTION & SANTE
commenter cet article

commentaires

stan 28/07/2011 08:07


utile a savoir et a diffuser !!


Publications récentes d'igepac

aout-2011

    - Les eaux que nous buvons

    ( 1 - Généralités )

    ( 2 - La chimie de l'eau buvable )

 

    L'arnaque des tarifications

 ( abonnement & tarification progressive )

 

     

 

Rechercher Un Article Du Blog

Première visite

Le concept du blog 

" La politique de l'Eau a ses raisons
que la raison ne connaît pas
"
 

 

ensuite, rendez-vous à l'accueil

 

   petit-bb-pas-content-copie-1

Archives Du Forum

Les défits d'igepac

 
1/
 La fourniture de l’eau doit être un service public, sa gestion financière doit être faite par la collectivité
  
2/  L'eau des particuliers doit être différenciée de celle des activités professionnelles : suppression des parts fixes ( abonnements ) et en urgence celle de la partie assainissement.

3/  L'Agriculture polluante doit payer sa propre pollution, sinon  cette pollution doit être prise en charge par la collectivité nationale.
      

P. S. Qui N'a Rien À Voir, ...

Epandage : pollution évitable

Les Seigneurs parisiens